2. Tectonique des plaques : le modèle actuel.

I. Le renforcement du modèle.

1. La prévision du modèle

Six grandes plaques rigides : 1968, un premier modèle (X. Le Pichon) ; synthèse des données sismiques, des anomalies magnétiques, et de la cartographie des dorsales.

@ Les plaques tectoniques
@ Autre version

En rotation autour d'un axe eulérien : avec des vitesses variables, nulles aux pôles, maximales à l'équateur eulérien. p. 115


Modèle de rotation sur une sphère rigide.

Les failles transformantes des dorsales : une conséquence des vitesses variables de rotation entraînant la rupture de la lithosphère.

2. Le renforcement du modèle : sédiments et âge des fonds océaniques.


Répartition des sédiments dans l'Atlantique Sud.

Une répartition symétrique à la dorsale : un âge d'autant plus ancien qu'on s'en éloigne.

En corrélation avec l'âge des basaltes du plancher.

3. La confirmation du modèle.

Les données GPS : elles confirment le déplacement des plaques à des vitesses de l'ordre de quelques cm.an-1. (Voir TP et TD points chauds)

Le volcanisme de point chaud : une autre donnée sur la mobilité de la lithosphère.

En synthèse, les données les plus récentes issues de l'étude des domaines océaniques

La répartition et l'âge des sédiments confirment l'expansion océanique.

Le suivi par GPS permet de mesurer vitesse et sens de déplacement des plaques lithosphériques.

II. L'évolution du modèle : le renouvellement de la lithosphère océanique.

1. Le fonctionnement des dorsales.


Profil de sismique réflection sous une dorsale.

Des données particulières :

un magmatisme superficiel : fusion partielle de péridotite asthénosphérique autorisée par les conditions T & P réalisées sous la dorsale (haute T et décompression adiabatique). Fusion inférieure à 25%.


Diagramme expérimental P & T de fusion d'une péridotite.
@ Modèle animé

2. Les roches océaniques.

Des roches différentes : issues de la cristallisation du magma péridotitique.


Fusion partielle d'une péridotite & recristallisation.
En synthèse :

Une accrétion de matière au niveau des dorsales déclenchée par des remontées de l'asthénosphère.

l'élévation de T à faible profondeur (et faible pression) détermine la fusion partielle de l'asthénosphère (péridotite) formant des lentilles de magma.

Ces magmas cristallisent par refroidissement pour construire la série superposée des 3 roches océaniques : péridotite, gabbros & basaltes.

2. Le modèle actuel.

La convection mantellique : Des mouvements complexes de matière qui affectent l'asthénosphère.

@ Modèle 1
@ Modèle 2
@ Modèle 3

Le rifting, cassure de la croûte continentale :

.

Profil de sismique réflexion de marge passive.

L'océanisation : par accrétion aux dorsales. Elle est une conséquence de la subduction ; c'est un mécanisme passif du à la disparition de lithosphère.

La subduction aux marges actives : plongée de lithosphère vieillie et froide devenue plus dense que l'asthénosphère qui affecte profondément le manteau. S'il y a une cause, c'est elle, le moteur qui manquait à Wegener.

En synthèse

Une théorie admise dans les années 70 et véhiculée avec certaines erreurs…

Des modèles à critiquer :


Exemple 1.

Exemple 2 ; doc.6 p. 123.

Un modèle plus exact : à réaliser !

Retour au menu