Haut de la page

Mode d'action du RU 486.

I. Activité du RU486 sur l'utérus de lapines impubères.

Des lapines impubères sont traîtées pendant quelques jours avec une hormone femelle, de l'œstradiol, de façon à rendre leur utérus sensible à l'action de la progestérone. Quelques jours plus tard elles reçoivent les substances indiquées dans le tableau. A la fin du traitement, on prélève les utérus, et on examine la muqueuse utérine au microscope pour observer les résultats de l'effet des substances.

Examen en microscopie optique (X25) des coupes d'utérus
œstradiol œstradiol puis progestérone œstradiol puis absorption de RU 486 œstradiol puis progestérone
puis RU 486 1mg/kg
ou 20 mg/kg

Synthèse :

Le RU 486 empêche la différenciation de l'endomètre prolifératif ou bien le fait régresser

II. Effet sur le cycle menstruel.

A dose suffisante, Le RU 486 interrompt le cycle en induisant des règles prématurées.

III. Recherche expérimentale du mode d'action du RU 486.

1. Expérience 1.

On injecte soit de la progestérone, soit du RU 486 marqués dans la muqueuse utérine.

Autoradiographie de coupes fines de muqueuses utérines après injections
Injection de progestérone marquée au tritium 3H Injection de RU 486 marqué également au tritium 3H

Le RU 486 se fixe autant que la progestérone sur les membranes des cellules endométriales.

2. Expérience 2.

Des cellules de muqueuse utérine sont prélevées, broyées puis centrifugées. Le surnageant contient les protéines cellulaires. Ce surnageant est incubé dans 3 milieux différents. On mesure la radioactivité de la progestérone fixée.

Synthèse :

Le RU 486 empêche la fixation de la progestérone dans les récepteurs membranaires des cellules de l'endomètre.

III. Un analogue structural.

P∗: progestérone radioactive
P : progestérone non radioactive

a : 100% de P∗
b : 50% P∗ + 50% P
c : 50% P∗ + 50% RU 486
Mesure de la radioactivité liée à la progestérone après incubation

Résultats expérimentaux
Comparaison des molécules en "batonnets" et "boules et batonnets"
Progestérone RU 486
Structure spatiale des deux molécules
Synthèse :

Le RU 486 est un analogue structural de la progestérone et un antagoniste : Il se fixe dans les récepteurs membranaires des cellules endométriales, empêchant ainsi celle de l'hormone. Mais il n'a pas valeur de message progestatif : L'endomètre est donc privé du signal hormonal d'entretien et se détruit, éliminant ainsi l'embryon précoce.

Fermer la fenêtre