1. La régulation de la glycémie.

I. La glycémie, un paramètre physiologique régulé.

1. Des besoins continus en glucose.

Un prélèvement continu dans le sang : nécessité d'assurer la production d'énergie des cellules (voir thème 1).

Des cellules gluco-dépendantes : neurones et hématies ne peuvent utiliser un autre substrat énergétique ; défaut d'approvisionnement des neurones si moins de 0,5 g/l.

2. La glycémie, une valeur consigne .


Variations quotidiennes

Des variations quotidiennes : liées aux apports des repas et consommations par différentes activités ou fonctions.

Un faible intervalle de variation : il suggère une régulation.

Un homéostat glycémique autour de la valeur consigne de 1 g/l.
Ceci implique un ensemble d'organes assurant la régulation de ce paramètre physiologique.

2. Des organes effecteurs de stockage.

2.1 Le foie : réserve publique de glucose.

La fonction glycogénique du foie : Claude Bernard,médecin et physiologiste, 1813-1878, montre la capacité du foie de relâcher du glucose. Cette expérience prouve que dans le foie frais à l'état physiologique, c'est-à-dire en fonction, il y a deux substances, le sucre, très soluble dans l'eau, emporté par lavage ; une autre matière, assez peu soluble dans l'eau ; c'est cette dernière substance qui, dans le foie abandonné à lui même, se change peu à peu en sucre.

Une situation privilégiée : relation sanguine directe avec l'intestin grêle par veine porte hépatique (erreur manuel p. 140).


Le système porte hépatique

Une mise en réserve rapide : elle explique l'hyperglycémie post-prandiale très limitée.

Glycémie en g.L-1 mesurée à jeûn et après un repas
A jeun après 30 min après 60 min après 180 min
Veine porte 0,1 2,85 1,05 0,20
Veine sus-hépatique 0,95 1,25 1,10 0,95

Le glycogène : forme de réserve hépatique du glucose.

Réserves hépatiques en glycogène mesurées après un repas (en g)
après 8 min après 12 min après 20 min après 24 min après 26 min
5 15 35 75 95

un polymère de glucose : (C6 H10 O5)n synthétisé dans les cellules hépatiques par une glycogène synthase et hydrolysé par une phosphorylase.


Métabolisme de l'hépatocyte

2.2 Tissu musculaire et tissu adipeux : réserves privées de glucose.

Deux tissus stockant le glucose : des effecteurs de la mise en réserve. Pas de déstockage

Le glycogène musculaire : 300 à 500 g, utilisable uniquement par les cellules musculaires.


Métabolisme de la cellule musculaire

Les triglycérides du tissu adipeux : lipides simples formés du glycérol et 3 acides gras

Le déstockage d'acides gras et d'alcool : transformés en glucose par néoglucogenèse dans les cellules hépatiques.


Métabolisme de l'adipocyte

Un organe effecteur public régulant hyper et hypoglycémie, le foie.
Deux tissus régulant seulement l'hyperglycémie par leurs réserves privées.
Des équipements enzymatiques variés permettant les synthèses et les hydrolyses (voir chapitre 3).

II. La régulation de la glycémie.

1. Deux hormones pancréatiques antagonistes.

Une régulation hormonale : Mise en évidence expérimentale.


Résultats expérimentaux de pancréatectomie et greffe

L'insuline: hormone hypoglycémiante activant la glycogénogenèse.


Rôle de l'insuline

Le glucagon: hormone hyperglycémiante activant la glycogénolyse.


Rôle du glucagon
Le pancréas : organe réglant de la boucle par ses deux hormones antagonistes.

2. Histologie du pancréas.


Situation du pancréas

Le pancréas : 2 fonctions

La fonction endocrine : assurée par les cellules des îlots de Langerhans.


Îlot de Langerhans

Deux types de cellules : mises en évidence par immunomarquage.


Coloration par immunomarquage fluorescent des cellules α et β

Interprétation schématique de la technique

Les cellules alpha : sécrétrices du glucagon.

Les cellules bêta : sécrétrices de l'insuline.

3. La boucle de régulation de la glycémie.


Schéma fonctionnel

Retour au menu