I. Des caractères de bipède.


Vue d'ensemble

On observe chez l'Homme par rapport au Chimpanzé :

1) Bassin et fémurs.

On constate chez l'Homme :

Le bassin élargi supporte les viscères, en relation avec la station verticale. L'angle fémoral autorise une marche bipède sans déhanchement, donc une bipédie parfaite.
La disparition de l'opposabilité du pouce semble aller de pair avec la disparition de la brachiation (les proportions des membres supérieurs et inférieurs ne l'autorisent plus vraiment... Sauf quand le petit humain veut jouer à Tarzan !).

2) Trou occipital.

On note le centrage du trou occipital. Ceci centre le crâne sur la colonne vertébrale et correspond à une station verticale permanente.

Essayez donc de marcher à quatre pattes en maintenant votre face vers l'avant et non vers le sol !

II. Une augmentation de la capacité crânienne.

Le prognathisme a disparu chez l'Homme : Il y a aplatissement de la face (qui possède un menton) et développement frontal : Il y a contraction crâno-faciale.

On note aussi le développement ou enroulement occipital.

L'accroissement de la capacité crânienne est déterminé par le développement frontal, occipital et pariétal du crâne, accompagné de la réduction de la face.

© op-2013.

Fermer la fenêtre