I. Les caractéristiques du domaine continental

1. Une épaisseur variable de la croûte.

Données sismiques (p. 127) :


Vitesse des ondes P en domaine continental.

Le MOHO : cette discontinuité pétrographique entre croûte et manteau est marquée par une forte accélération des ondes.

Une épaisseur moyenne de 30 Km : contre 7 Km pour la croûte océanique.

Une racine crustale : un fort épaississement, au delà de -60Km, sous les plus hauts reliefs.

2. Une moindre densité des roches.

Une composition moyenne granitique (p. 127) : la nature pétrographique de la CC est différente de celle de la CO basaltique.

Densité 2.7 environ
Pétrographie Roches granitiques et métamorphiques

Granite : Echantillon

Granite : Lame mince LPA
structure grenue
Minéralogie Quartz, feldspath, biotite

3. Un âge plus ancien.

Des roches magmatiques vieilles de plusieurs Ga (p. 128 & 129) : la CO la plus ancienne a environ -175 Ma.

4. Un équilibre isostatique

Une distribution bimodale des altitudes : elle traduit la différence des matériaux et de leur épaisseur dans les 2 domaines.


Répartition bimodale des altitudes continentales et océaniques.

Le modèle d'Airy (p. 125) : des variations verticales de l'épaisseur d'une couche de densité constante compensant les variations d'altitude, d'où les racines crustales compensant les montagnes.


Isostasie, l'hypothèse d'Airy.

L'isostasie : équilibre de la lithosphère sur l'asthénosphère à une profondeur de compensation. Les montagnes sont ainsi compensées par des racines s'enfonçant dans la couche de densité supérieure. En vertu du principe d'Archimède, plus un bloc dépasse le niveau de fluide plus il est enfoncé dans ce dernier.

En synthèse :

La lithosphère continentale montre des caractéristiques qui la différencie de la lithosphère océanique au niveau de sa croûte : nature pétrographique, densité et épaisseur, âge. La racine crustale sous les chaînes de montagnes est à expliquer.

II. Les chaînes de montagnes, indicateurs de convergence.

1. Déformations tectoniques (p.130 & 131).

Observables à différentes échelles et de différents types

Les plis : Des déformations souples des matériaux sédimentaires.


Paysage de la Paute, plis affectant le calcaire.

Le synclinal perché du Sappey.

Les failles inverses : Des déformations cassantes des roches cristallines.

@ Les failles.

Qui se combinent : le pli faillé.


Le pli faillé de Sassenage.

A plus grandes échelles : chevauchement et nappes de charriage marqués par les contacts anormaux (superposition anormale des roches).


Chevauchement schématique.

La nappe de Digne.
En synthèse :

Des déformations des matériaux de la croûte qui ne peuvent s'expliquer que par une compression.

2. Modifications pétrographiques et minéralogiques.

Des roches métamorphiques : roches préexistantes ayant subi des transformations structurales et-ou minéalogiques affectant les minéraux.

Série métamorphique de l'Agly
migmatite (zone claires d'anatexie) gneiss (foliation minéraux clairs et sombres
En synthèse :

Un métamorphisme des roches qui traduit les modifications des conditions de température et pression subies.


Domaines (T, P) du métamorphisme.

3. Les déformations profondes.

Dans la racine crustale : détectables par sismique réflexion.


Profil sismique ECOR-Alpes & son interprétation.

Les réflecteurs : marquent des failles qui débitent en grandes écailles chevauchantes les matériaux de la croûte.

En synthèse :

L'épaississement crustal : un réarrangement vertical des matériaux de la croûte continentale dû au raccourcissement horizontal crée par une compression.

En synthèse :

La lithosphère continentale montre des différences majeures par rapport à la lithosphère océanique au niveau de la croûte.
Sa nature pétrographique est différente, marquant une origine différente. Laquelle ?
Les reliefs s'accompagnent d'un profond épaississement crustal dont les déformations tectoniques et les matériaux métamorphisés traduisent les contraintes en compression qui le construisent.
Ces reliefs sont la conséquence du raccourcissement continental imposé par ces contraintes en compression.

Retour au menu