IV. La disparition des reliefs

1. Erosion et rééquilibrage isostasique.

L'érosion : une diminution des altitudes. .


Profil topographique Massif Central-Alpes.

Une remontée du MOHO compensatrice : elle ramène vers la surface les matériaux profonds.


Profondeur du MOHO.

La pénéplanation : érosion complète des reliefs et retour du MOHO à sa profondeur moyenne de 30 Km.

2. Les produits de l'érosion.

2.1 Fractionnement mécanique : la désagrégation.


Résultat du tamisage d'un sédiment.
Exploitation d'un tamisage de sédiment
fractions cailloux graviers sables limons argiles Total
Ø des grains ≥ 2 mm ≥ 0,5 mm ≥ 2 mm ≥ 2 mm ≥ 2 mm -
masse en g 136,3 20,9 80,4 9,7 0,1 274,4 (275)
% 55,2 8,4 32,5 3,9 0,- 100

Des particules de taille variable : Elles appartiennent à une fraction donnée en fonction de leur diamètre.


Colonne de sédimentation et échelle granulométrique.

2.2 Altération chimique : la fraction soluble.

Des réactions chimiques : précèdent, prolongent ou accompagnent le phénomène mécanique.

Dissolution : sels solubles de sodium, potassium, magnésium, calcium.


Dissolution des carbonates d'une roche calcaire.

Hydrolyse : cations extraits des réseaux des minéraux et structures cristallines détruites.


Altération des minéraux du granite.

Bilan de l'altération :
une fraction soluble crée par l'action de l'eau.
minéral d'origine + eau = minéral néoformé + solution de lessivage.

3. Le recyclage des matériaux de la croûte continentale.

3.1 Transport et sédimentation dans le réseau hydrographique.

Distance du transport et de dépôt : une relation vitesse du courant et taille des particules.


Granulométrie des sédiments de la Loire.

Un étagement des dépôts le long du réseau hydrographique : Les particules les plus fines sont transportées et sédimentent plus loin .

Transport et dépôt sont régis par la vitesse du courant et la taille des particules.
Dépôt des particules étagé dans le réseau hydrographique en fonction de leur diamètre et de la vitesse du courant.
Essentiellement la fraction soluble amenée aux bassins océaniques.

3.2 Sédimentation océanique.

Le devenir de la fraction soluble: précipitation et sédimentation.


Profondeur des sédiments.

Suivant le profil d'épaisseur des sédiments : Une épaisseur qui augmente à partir de l'estuaire du fleuve.

a) Sédiments carbonatés

Des sédiments carbonatés : au-dessus de 4000m, limite de compensation des carbonates qui détermine la dissolution.

D'origine chimique : précipitation des carbonates.

D'origine biochimique : sédimentation des tests carbonatés de microorganismes.

b) Sédiments siliceux

Insolubilité de la silice : au-dessous de 4000m, sédimentation de composés siliceux organiques (tests) ou inorganiques.

La sédimentation océanique
Par précipitation de la fraction soluble gouvernée par les facteurs T et P en profondeur.
A l'origine de sédiment hydratés.
Qui subiront une diagénèse pour donner naissance aux roches solides correspondantes que l'on observe émergées.

En synthèse:

La disparition des reliefs entraîne un rééquilibrage isostasique qui ramène la croûte continentale à son épaisseur moyenne de 30 Km.

Ce processus amène à l'affleurement les roches formées en profondeur.

Fractions mécaniques et chimiques issues de l'érosion sont à l'origine des roches sédimentaires, produits du recyclage des roches préexistantes de la croûte continentale.

Retour au menu