I. La réaction inflammatoire, mécanisme inné.

1. Une réponse stéréotypée.

Rubor, tumor, calor, dolor : des symptômes.


@ On peut observer pire…

Rubor : rougeur par vasodilatation capillaire.

Tumor : oedème, infiltration de liquide dans les tissus par augmentation de perméabilité vasculaire.

Calor : chaleur, en relation avec la vasodilatation et d'autres facteurs.

Dolor : douleur, une stimulation des récepteurs sensoriels nociceptifs des voies de la douleur (voies nociceptives).

Des évènements en cascade.

@ La réaction inflammatoire dans un tissu.

un agent pathogène déclencheur : particules ou bactéries introduites dans un tissu lésé.

Le repérage de l'agent pathogène : rôle des cellules sentinelles, les cellules dendritiques, grâce à des récepteurs membranaires.

La synthèse de médateurs chimiques : ces messagers recrutent, attirent par chimiotactisme et activent d'autres cellules de l'immunité.

D'autres médiateurs sont synthétisés : ils sont responsables des symptômes macroscopiques observés dans le cadre de l'inflammation.

Pourcentage d'activité de monocytes soumis à l'action d'un médiateur chimique, l'IL15. Ce médiateur est produit par des monocytes et granulocytes cultivés en présence d'une bactérie (Nathan p. 281).
(Les monocytes sont les précurseurs des macrophages et des cellules dendritiques)

Les cellules sentinelles reconnaissent les agents étrangers via des récepteurs membranaires. Activées, elles sécrètent les médiateurs chimiques responsables de la vasodilatation et de la margination. Ils recrutent, attirent et activent d'autres cellules rejoignant le site d'infection par diapédèse.

l'activation d'acteurs cellulaires : des cellules phagocytes et présentatrices d'antigènes telles les macrophages et certains granulocytes (et les cellules dendritiques).

2. La phagocytose : La neutralisation des agents infectieux.

@ En film.
@ En animation.

La phagocytose en image (Nathan p.282). En vert des Bacilles, en rose un macrophage.

Et son résultat en image (Nathan p.282). Vésicules de digestion dans un macrophage.

La phagocytose : Propriété des cellules d'ingérer et digérer des particules ou des cellules étrangères.

En synthèse

La pénétration dans l'organisme d'un corps étranger déclenche un processus, la réaction inflammatoire, dont une finalité est sa neutralisation et l'autre la conservation de certains fragments dits antigéniques destinés à initier l'immunité spécifique adaptative.
C'est une réponse stéréotypée.
Des acteurs cellulaires sont mobilisés : qui sont-ils ?

3. Les acteurs cellulaires de l'immunité innée et leurs fonctions.

3.1 Données cellulaires sanguines.

Numérations de cellules sanguines
globules rouges Leucocytes (globules blancs)
Cellules sanguines hématies monocytes granulocytes lymphocytes Total leucocytes
Individu sain 5 000 000 360 4500 2200 6935
Individu avec inflammation chronique 5 000 000 710 11786 1704 13 541
Certaines populations de leucocytes (ou globules blancs) vient leur population augmenter lors de l'inflammation. Ce sont donc les acteurs de la réponse immunitaire innée.

3.2 Les cellules de l'immunité innée.

Des leucocytes ou globules blancs : Différents types cellulaires nés dans la moelle osseuse, présents dans les tissus et circulant dans le sang et la lymphe.

@ Le système immunitaire : organes lymphoïdes et vaisseaux lymphatiques.
Macrophage Cellule dendritique
Granulocyte Mastocyte

Différentes cellules et différentes fonctions :

Différentes fonctions des cellules de l'immunité innée
Cellules phagocytes Cellules présentatrices d'antigènes Cellules sécrétrices
macrophages, cellules dendritiques et neutrophiles macrophages & cellules dendritiques macrophages, mastocytes, granulocytes baso & éosinophiles
Neutralisation des phagocytes et-ou présentation des antigènes Sécrétion des médiateurs chimiques
En synthèse :

Un ensemble de cellules qui assurent des fonctions différentes et complémentaires pour neutraliser le corps étranger :
La sécrétion de médiateurs chimiques de l'inflammation assure le recrutement, l'attraction par chimiotactisme et l'activation des populations cellulaires issues notamment des monocytes.
Ces médiateurs sont aussi responsables des symptômes associés par leur action sur les tissus et les vaisseaux.
La phagocytose réalise la neutralisation des pathogènes mais aussi la conservation de leurs fragments antigéniques.

4. La reconnaissance des pathogènes.

Activité phagocytaire des macrophages de 2 souches de souris au contact de deux champignons différents. La souche CD36KO présente une sensibilité accrue aux mycoses. Un récepteur membranaire au β-glucane est absent de la membrane de leurs phagocytes. Marquage par immunofluorescence d'un type de marqueur membranaire sur des macrophages.

Des récepteurs membranaires : sur les membranes des macrophages et cellules dendritiques, ce sont les PRR.

Une diversité de ces récapteurs : elle permet la reconnaissance de motifs moléculaires communs à de nombreux pathogènes (composants des parois, ADN et ARN bactériens et viraux).

5. Aspirine et autres anti-inflammatoires.

un anti-inflammatoire d'origine naturelle : l'acide salycilique extrait des feuilles de saule et maintenant synthétisé.


Mode d'action de l'aspirine (Nathan p.283)

Une diminution de la quantité de médiateurs synthétisés : ceci diminue l'ampleur des symptômes gênants de l'inflammation.

Une conservation de l'activité des cellules phagocytes : une conservation des capacités de neutralisation et de présentation des antigènes.

Une même action adaptée à différentes situations : celle d'autres anti-inflammatoires non stéroïdiens ou stéroïdiens (corticoïdes) suivant localisation et cause de la réaction inflammatoire.

En synthèse
Les anti-inflammatoires permettent de lutter contre certains désagréments causés par l'inflammation sans empêcher (en principe !) son activité de neutralisation des agents étrangers et son rôle fondamental dans les mécanisme de l'immunité adaptative (qui est la suite de l'histoire).

Retour au menu